Lundi 10 août 2015 à 21:13

Je croyais avoir trouvé une pension pour mon futur cheval,
mais à force de converser avec le propriétaire,
j'ai l'impression d'un fouillis caché et
ces propos ne sont pas clairs.
Une jument doit partir pour des mondes meilleurs,
je comprends.
Entretemps, il me dit qu'on trouvera un arrangement...
Il le répète à d'autre...
J'ai eu un écho.
Je suis passée une fois, pour éclaircir la situation,
j'apprends qu'un cheval doit changer de terrain
pour se remettre de sa tendinite...
Je lui dis clairement, il n'y a pas de place.
Il me répond, ne le prenez pas comment ça.
Au moins, la question était clairement posée.
Il me rappelle comme promis,
pour me confirmer ce que je savais déjà...
Il a tenu sa promesse, mais je ne suis toujours pas plus avancée,
j'ai l'impression que pour l'instant : il ne veut pas, il ne peut pas ...

Du coup, je cherche un peu partout que ce ne soit pas trop loin de chez moi.
Ce soir, après un appel, j'ai visité une pension tenue par une femme
au bord de la forêt.
J'adore la forêt, j'y avais fait des randonnées il y a une dizaine d'années.
Il y fait bon... Les arbres, des feuillus, s'élèvent vers le ciel.
Nous sommes au-dessus de la plaine...
EN hiver, un peu plus inquiétant.

A priori, elle aurait une place pour moi en septembre ou en octobre.
Mais je veux être sûre... 

Samedi, une jument rentre au refuge,
je rappelle à la fin de la semaine.

Demain je vais appeler pour une autre pension dans la plaine...
J'espère qu'il y a des arbres...http://alyane.cowblog.fr/images/paysagesavril09386.jpg




Vendredi 7 août 2015 à 9:52

Les fortes chaleurs qui s'abattent sur ma région,
n'encouragent pas à des activités démesurées.
Les champs ressemblent à des paillassons.
Seuls les arbres restent verts et apportent une ombre agréable.
Depuis le début des chaleurs,
j'ai retrouvé cette rivière que j'aime tant,
et les lieux environnants.
La jument que je montais alors,
remontait la rivière sur de bonnes longueurs.
L'autre cheval mettait très rarement les pieds dedans,
et la petite jument noire  aime bien s'y rafraichir.
Comme pour l'instant, je suis seule,
équipée d'une paire de sandales pour piscine,
je me promène dans la rivière.
Elle est basse,
des cailloux ou du sable parsèment son cours.
Les arbres l'entourent d'un ombrage épais.
Le soleil passe à travers,
seulement pendant quelques heures de la journée,
à certains endroits.
L'autre jour, je rencontrais une cane.
Hier j''étais dans la partie plus haute,
des enfants avec leurs parents montent des digues de sable.
qui ne tiennent pas sous le courant.
Un cycliste me demande si l'eau est potable,
pour les chevaux ou les animaux,
mais pas pour nous.
En fin d'après midi, j'entends un bruit bizarre,
en revenant sur mes pas,
je constate qu'un tracteur,
est occupé à tirer de l'eau de la rivière.
Il est en train de remplir une cuve pour du bétail.
En petite robe légère,
je la parcoure sur quelques mètres,
pendant facilement deux heures.
J'y retourne cet après midi,
pendant deux heures,
au hasard des rencontres... http://alyane.cowblog.fr/images/paysagesavril091259.jpg



Lundi 3 août 2015 à 20:50

Dans la forêt lointaine,
au bord de la rivière,
un canard est apparu.
Je marchais dans l'eau pour me rafraichir,
quand soudain je vois un canard brun
se confondant avec l'onde calme.
Il s'éloigne de moi,
mais en avançant sans bruit,
il revient vers moi.
Toujours un oeil sur moi,
il continue ses activités.
Il remonte le courant,
et utilise une patte pour virer.
Il plonge pour attraper les libellules
affleurant sur l'eau.
Il se bascule vers le fond,
pour chercher des vers.
Il se rapproche de moi.
Des enfants frappant l'eau
à grand bruit avec leurs sandales.
Le canard redescend,
mais ils ne l'ont pas vu.
Des parents voulant mettre les pieds de leur fillette à l'eau,
je les envoie plus loin
sur un endroit sableux.
Je reste avec lui
pour profiter de ce partage rare.
Il reste dans les parages
et poursuit inlassablement
ses occupations nourricières.
C'est rare et un bonheur
de profiter d'un tel instant
à l'ombre des arbres. 


Vendredi 24 juillet 2015 à 21:33

Ils ont vécu depuis 17 ans ensemble,
leur caractère se complète.
Le noir est plus froid, plus calme,
le roux, est plus ardent, plus proche de l'homme.
Leur vie a changé depuis une semaine,
Accueillis dans un refuge,
ils sont observés par des gens,
dont une femme...
Elle préfère l'islandais,
mais n'a pas envie de les séparer.
Elle ne peut pas les assumer tous les deux.
Suite à une discussion avec le responsable,
ils préfèrent les garder ensemble,
une proposition est venue de les pendre.
Ces personnes ont perdu deux des leurs rapidement.
C'est une proposition à ne pas négliger.
Ils doivent passer dans l'après midi
pour les voir et prendre une  décision.



Dimanche 19 juillet 2015 à 21:04

Après un appel vendredi soir,
j'ai du rappeler hier vers 3h,
pour avoir confirmation de l'arrivée des chevaux.
Donc ils étaient bien là,
placés dans des boxes avec de la belle paille.
Un arabe alezan avec une liste blanche
et des crins délavés.
Un islandais noir qui ressemble à Mumu.
Ils ont 20 ans tous les deux,
et viennent d'un pays voisin.
L'arabe est plus vif et distant,
l'islandais beaucoup plus proche de l'homme

et me parait plus confiant.
Difficile de faire un choix,
ils ne sont pas très grands,
la différence entre les deux
n'est pas énorme.

J'ai le temps de réfléchir,
UN peu jusqu'à mercredi.
Ils ont vécu tous les deux ensemble
pendant de longues années.
Par contre, en rentrant,
j'ai téléphoné à la future pension,
pour l'instant n'a pas de place
pour des raisons étranges.
Je cherche ailleurs en attendant.
Peut être un pré, sur la route
de mon travail
Ou si quelqu'un qui a de la place
pouvait héberger les deux...
.

<< Page précédente | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | Page suivante >>

Créer un podcast